Appelo Mor†em (old)


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

London Bridge Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
Alanna Rogers
Serpentard
|Sainte_Patronne_des_Emmerdeuses| avatar
.
Féminin

378 messages
Amour : A quoi il sert? Pas besoin!

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 6ème année
Caractère: Peste, mais pas trop - Manipulatrice, ça un peu trop - Garçon manqué - Violente - Impulsive - Chieuse - Énervante- Énervée - Compliquée, une fille quoi!!

MessageSujet: London Bridge Mer 23 Sep 2009 - 22:38

Priorité à Hugo

+ @


    C’était le milieu de l’été, l’instant où (pour un élève du moins) on a l’impression que c’est une fin, nos entrailles se tordent en ressassant un souvenir et la nostalgie nous envahie, on se surprend même a esquisser des sourires en se remémorant des scènes inoubliables de l’année passée ; mais au fond, nous avons aussi cet étrange sentiment d’excitation dans notre cœur, cette joie qui nous consume complètement en laissant notre imagination gamberger au grés de sa volonté sur un futur extraordinaire, l’envie d’un nouveau commencement. Pour Alanna s’était la fin de sa vie sociale, enfin on pourrait mettre ça entre guillemets. Elle perdait son petit groupe d’amis qui la soutenait sans cesse : sa bande en d’autres mots. Mais s’était aussi le début de sa septième et dernière année à Poudlard. Elle serait une senior ! Mais pas de quoi se pavaner. Elle était excitée à l’idée d’entamer une année sans filet de sécurité (Hugo) une année où elle serait libre de ses mouvements et de ses propres choix. En même temps, toutes les cabrioles qu’elle avait put faire avec sa ‘bande de loser’ ne cesseraient de la hanter entre les murs de pierre remplis d’histoire. Quand on y réfléchit, si les murs de Poudlard pouvaient parler (enfin si on retire la supposition que les tableaux le fasse pour eux) ils auraient tant de chose à raconter, des histoires sentimentales, drôles, pleines d’actions, effrayantes, une multitude de paraboles qui pourraient vous prendre plus d’une vie humaine à écouter. Rien que d’y penser simplement comme ça elle regrettait d’avance la présence chaleureuse et sécurisante de l’enceinte du château. Cette année elle profiterait à fond pour ne rien regretter ! ‘J’me demande si Hugo a des regrets ?’ Se surprit à penser la jeune fille. Pour son meilleur ami le changement serait encore plus grand ! Il avait dépassé le stade des études scolaires et allait enfin prendre son envol vers le monde du travail. C’est non sans grande peine qu’elle appréhendait son départ, il avait toujours été près d’elle dans l’académie de magie depuis sa toute première nuit. C’est comme si de son point de vu elle perdait une jambe pour la soutenir. C’est en réfléchissant à tous cela qu’elle en était venue à vouloir se retrouver ici, en cet instant.
    La chaleur était encore palpable et le vent caressait toujours la peau des londoniens et de ses touristes de sa chaleur chaude et rassurante. On ne pouvait que réprimer un sourire face à une telle marque de douceur. Comme à son habitude la ville s’affichait encore plus folle que d’habitude, les adolescents peu fières d’avoir enfin quitté leurs uniformes arboraient d’années en années des tenues des plus modernes aux plus extravagantes. Lorsque l’on vivait ici on n’était plus surprit à l’idée de croiser un garçon avec des cheveux roses, des Moonboots, un pantalon en cuir et autre fantaisie digne d’une bande dessinée japonaise. A côté de tous ça un groupe de sorciers en robes noires passerait sans doute inaperçu, et au pire des cas on les désignerait soit comme un effet de mode ou comme une secte en pleine sortie annuelle. Avec le monde d’aujourd’hui le secret du monde des sorciers était plus que bien gardé.
    Tournant au coin d’une rue, la petite brunette que nous connaissons bien mieux aujourd’hui avançait d’un pas rapide avec sa veste en cuir noir dans la main. Elle pressait le pas afin de ne pas arriver en retard à son rendez vous. Même si ça lui faisait du mal elle devait le faire, ce dernier petit ‘au revoir’. Il serait cruel mais le train pour l’école partait dans quelques jours et même s’ils habitaient à quelques mètres l’un de l’autre elle ne pouvait pas se résigner à dire ce genre de parole à son meilleur ami dans un lieu qu’ils fréquentent souvent. Après cet endroit serait assimilé à la peine éprouvée ce jour là et ensuite il serait infréquentable. C’est pour cela qu’elle s’était contentée de lui envoyer un parchemin l’invitant à se rendre au célèbre ‘London Bridge’. C’est toujours marrant d’aller se promener sur les centres touristiques l’été. On à l’impression de s’évader loin et d’être même dans un nouveau pays vu qu’autour de vous vous remarquez que vous êtes les seuls à parler l’anglais. Alanna ne faisait pas partie du genre de personne qui une fois en terre Moldu s’habillait étrangement coincé pour passer soit disant ‘inaperçue’ elle était accoutumée à la vie soit dites ‘normale’ et l’appréciait à sa juste valeur. Elle portait des fringues de son époque et même à la mode. Son jean était large au niveau des hanches et se serrait sur ses chevilles qui montrait ses petites Converses noires trouées de partout. En haut elle se contentait d’un gigantesque t-shirt pourpre imprimé qui lui tombait des épaules et pouvait même lui servir de chemises de nuit lors d’une soirée qui s’éterniserait en nuit. Une parfaite adolescente de dix-sept ans quoi. Arrivé à quelque mètres de son point d’encrage elle arrivait déjà à repérer tous les étrangers. Ils s’extasiaient face à quelque chose qui était commun à ses yeux et n’était même plus digne d’un coup d’œil ou même d’un ‘waouh’ d’admiration. Le gong de l’horloge lui annonça alors qu’elle était parfaitement dans les temps, mais connaissant Hugo elle n’aurait aucun mal à arriver avant lui. Quoi que…
    Arrivée sur le pont la jeune fille se posa contre un des murets qui dominait la Tamise, mais elle fut très vite dérangée par des touristes qui lui demandèrent dans un anglais peu correct de les prendre en photo. Elle leur fit un demi sourire et attrapa l’appareil prenant un souvenir qui chez eux ne bougerait pas pour leur faire des signes et montrer la joie qu’ils partageaient à cet instant. L’homme la remercia plusieurs fois quand elle lui remit son appareil. Elle lui lança quelques ‘ce n’est rien’ et fit volte face pour retourner à son petit mur, mais là elle butta contre un torse dur.

    -Désolé !

    Tiens ! Sourire.

    -Ça fait longtemps que t’es là à m’espionner ?

    Demanda-t-elle en penchant la tête sur le côté, plissant les yeux comme si elle voulait jouer les espionnes en plein interrogatoire. Elle rigola, le prit par la main et l’entraîna un peu plus loin vers un marchant de glace.

Revenir en haut Aller en bas
http://appelo-mortem.forumactif.org/memoire-du-choixpeau-f7/alan http://appelo-mortem.forumactif.com/relations-f29/alanna-link-me-t1292.htm http://appelo-mortem.forumactif.com/envie-d-un-rp-f30/alanna-rogers-t1293.htm
Hugo O. Garnaliel
Langue de Plomb
Are you affraid? Not apparently enought... avatar
.
Masculin

231 messages
Amour : Une petite vipère

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: Diplômé
Caractère: Renfermé, violent, colérique, brutal, parfois calme et doux, mais rarement.

MessageSujet: Re: London Bridge Mer 18 Nov 2009 - 13:04

    La vie n’est qu’un éternel recommencement. Il y a tout d’abord l’enfance, on apprend à connaitre ses camarades, des personnes qui vont vous accompagner pendant un certain temps, et lorsque le cycle élémentaire se termine, cette période touche à sa fin. Vint ensuite le cycle primaire, à nouveau de nouvelles têtes, certaines plus grandes, des fortes têtes, et même s’il faut du temps pour asseoir son autorité et trouver sa place, on y parvient toujours, et arrive ensuite la fin une nouvelle fois. Il y a des personnes que nous sommes ravis de laisser derrière nous, d’autre qui nous suivent avec plaisir vers la nouvelle étape, alors que certain plus jeune mettent du temps à nous rejoindre. Pour les enfants sorciers, l’étape suivante s’intitule Poudlard. Chaque élève y reste sept ans, puis une nouvelle fois, la fin arrive, et ils doivent se lancer dans une nouvelle vie.

    Hugo était arrivé à la fin de cette étape. Il ne lui avait pas été difficile de trouver sa place ici, très rapidement, il s’était imposé en tant que forte tête, et chaque élève, où presque, l’avait traité avec respect… Dans le cas contraire bien évidemment, il y avait veillé. Chose qui n’avait pas été difficile pour lui. Seulement, malgré son caractère, il était parvenu à avoir assez confiance en quelques personnes pour les considérer comme des amis. Certains avaient terminés leurs classes, obtenus leurs examens, et allaient débuter une nouvelle vie tout comme lui, d’autre allaient rester encore une année ou deux, autant dire une formalité. Le dernier jour de classe, cela ne lui avait pas fendu le cœur. Il allait enfin être débarrassé de bon nombre de cafards, mais il était sur d’une chose, il avait laissé son empreinte dans cette école, et chacun savait que ce n’était pas parce qu’il n’était plus là que tout se terminait. Ils viendraient à le recroiser un jour, et le travail du jeune homme paierait. Mais nous n’en somme pas encore là. Sans un regard, il avait quitté le château, il n’avait aucun regret. Il avait salué le peu de personne qui étaient ses amis, sauf elle. Bien sur, elle il la reverrait, et il ne pouvait se résigner à lui dire au revoir. Ce n’était que pour un an certes, mais c’était réellement la seule chose qui le touchait, et il avait refusé de le faire. Seulement, le temps s’était écoulé, l’été avait filé à toute vitesse, et il était certainement temps de franchir le cap et se dire une bonne fois pour toute à la prochaine, car il ne s’agissait en aucun cas d’un adieu.

    Il n’avait pas été surpris de recevoir un petit mot de sa part l’invitant à se rendre au London Bridge. Elle aurait pu traverser la rue et venir le lui dire elle-même, mais il savait que cette sortie ne serait pas comme les autres. Elle lui était tellement semblable, et s’il avait eu le cran de lui dire au revoir, c’est surement de cette manière qu’il aurait agit. Un endroit quelconque, un rendez vous, cela rendrait la chose plus solennelle et réelle. De plus, cela tombait bien, il avait quelque chose de prévu à Londres ce jour là, et pour une fois, il était sur de ne pas être en retard.

    Le matin, il avait enfilé des fringues banales pour la plupart des jeunes de son age. Un jean, des grosses chaussures, un vieux t-shirt blanc tout ce qu’il y a de plus banal. Ses cheveux étaient négligés, et il avait laissé apparaitre sur son visage une barbe de quelques jours. Peu importe, là ou il se rendrait, la robe de sorcier noire lui serait obligatoire, il n’aurait qu’à l’enfiler au moment venu, et la retirer avant de rejoindre Aly. Il avait préféré ne pas y penser, car cela lui tordait déjà l’estomac, il n’avait pas besoin de pression. Il était confiant, bien plus pour son rendez vous que pour la suite de la journée. C’est ainsi qu’il arrivât largement en avance sur le pont. Il n’avait rien de mieux à faire qu’attendre patiemment, en essayant de ne pas être exaspéré par tous les touristes qui passaient près de lui. Il avait collé ses lunette noires sur son nez, et affichait son air des mauvais jours histoire qu’on ne vienne pas l’emmerder pour prendre des photos, activité favorite du touriste en vacance. Il jetait un œil tantôt à gauche, tantôt à droite, ne sachant par quel côté elle allait débarquer, mais il ne pourrait pas la louper. Aly, c’était le genre de fille qui ne passe pas inaperçue, du moins pour lui, et comme il s’en était douté, il la vit apparaitre parfaitement à l’heure. Il la laissât s’installer, et s’apprêtait à la rejoindre, lorsqu’il la vit se faire interpeller par des touristes. Il ne pu retenir un rire à la voir prendre la photo. Décidemment, ces vacanciers n’avaient peur de rien. Avant qu’elle n’ait rendu l’appareil photo, il s’était glissé derrière elle. Il aimait bien la surprendre, c’était on pourrait dire une de ses activités favorite. Aussi, lorsqu’elle reculât pour reprendre sa place, elle se heurtât contre lui.

    - Désolé !
    - Tu n’as pas à l’être.

    Un sourire échangé. En cette unique réaction, on pouvait voir le lien qui les unissait.

    - Ça fait longtemps que t’es là à m’espionner ?
    - Juste assez pour t’avoir vu prendre cette photo. Fait moi plaisir, dit moi que tu as zoomé sur le crane chauve du mari, ou sur la jupe de la jeune fille qui passait juste derrière et qui s’est soulevé grâce à une merveilleuse petite brise…

    Il ne pu s’empêcher de rire en voyant son petit air espiègle, et déjà il sentait le bien être que lui procurait sa simple présence se faufiler en lui. Instinctivement, il tendit sa main à l’instant ou elle l’attrapait dans la sienne. Impossible de ne pas remarquer que de nombreuses années d’amitiés se cachaient derrière ceci. Il y avait une sorte de coordination inconsciente entre eux, il vient un moment ou les gestes suffisent à se comprendre, pourtant aucun des deux ne voulait se rendre compte de la tristesse qui allait apparaître derrière ces gestes. Pour l’instant du moins, Hugo l’enfouissait sous son sourire, et préférait ne pas penser à la suite des évènements. Il se laissât entrainer par ses pas, et avec bonne humeur lui annonçât :

    - Tu ne devineras jamais ou je suis allé ce matin, et pourquoi, et certainement encore moins qui j’ai croisé.

    Il affichât un air mystérieux, mais il ne s’attendait pas à ce qu’elle trouve la bonne réponse du premier coup à moins d’être devin, donc il se décidât à lui donner des indices.

    - Bon la première réponse j’te la donne, j’étais au ministère, et le pourquoi, tu devras y réfléchir un minimum, et là bas j’ai croisé…

    Ils venaient d’arriver devant le marchand de glace qui les observait d’un air ahuri attendant qu’ils passent leur commande. Comme s’il perdait son temps à les écouter bavasser alors que personne ne faisait la queue devant son stand minable. Avec un regard en coin il lui lançât un simple :

    - Une glace chocolat pistache.

    Il tournât son regard vers Aly pour qu’elle annonce son choix avant de reprendre de plus belle.

    - Donc je disais j’ai croisé un vieil ami, et figure toi qu’il m’a demandé de tes nouvelles. J’ai trouvé ça bizarre parce que je ne savais pas que vous vous connaissiez réellement, enfin du moins que vous étiez amis.

    Machinalement, il attrapât sa glace et sortit de l’argent moldu de sa poche. Il se moquait de la valeur, mais il savait une chose, tout ces touristes se faisaient arnaquer à un tel prix. Peu importe, aujourd’hui, il n’avait pas envie de foutre la merde. Non aujourd’hui, ce n’était qu’elle, rien de plus. Il réglât donc les deux glaces, et passât son bras autour des épaules de son amie pour l’entrainer plus loin.

    - Alors, j’attend tes supposition Sherlock !!

Revenir en haut Aller en bas
http://appelo-mortem.forumactif.org/ceremonie-des-repartitions-f http://appelo-mortem.forumactif.com/relations-f29/hugo-s-links-t1261.htm http://appelo-mortem.forumactif.com/envie-d-un-rp-f30/hugo-o-garnaliel-t1263.htm
Alanna Rogers
Serpentard
|Sainte_Patronne_des_Emmerdeuses| avatar
.
Féminin

378 messages
Amour : A quoi il sert? Pas besoin!

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 6ème année
Caractère: Peste, mais pas trop - Manipulatrice, ça un peu trop - Garçon manqué - Violente - Impulsive - Chieuse - Énervante- Énervée - Compliquée, une fille quoi!!

MessageSujet: Re: London Bridge Dim 6 Déc 2009 - 0:59

    Ah bah voila qu’il tombe toujours à pic là où on l’attend le moins celui la. Mais il faut avouer qu’au fond ça lui faisait toujours une énorme joie de balancer des vannes avec lui. Ils se comprenaient et n’avaient vraiment pas besoin de chercher bien loin pour être sur la même longueur d’onde, ce qu’ils se disent pourrait parfois être mal pris par une autre personne mais entre eux ils savaient que soit ce n’était pas réellement pensé soit c’était juste une manière de parler. Pas de quoi fouetter un chat (ou pas). Comme d’habitude il lançait les hostilités, son sport favori. Ils entameraient alors un match de tennis avec en guise du beau smaches, leur plus belles vannes.

    - Ça fait longtemps que t’es là à m’espionner ?
    - Juste assez pour t’avoir vu prendre cette photo. Fait moi plaisir, dit moi que tu as zoomé sur le crane chauve du mari, ou sur la jupe de la jeune fille qui passait juste derrière et qui s’est soulevé grâce à une merveilleuse petite brise…
    -Oui bien sûr ! Tu me connais ! J’suis la pro pour gâcher le moindre signe de bonheur des gens.

    15 – 0 . Et c’est parti ! Elle tira alors le bout de sa petite langue toute rose pour lui montrer que son accablement était une habituelle plaisanterie qui ne nécessitait pas d’être relevée mais qu’elle adorait lancer ça quand même, simplement pour avoir le dernier mot. C’était vraiment plus fort qu’elle, elle détestait le laisser terminer un dialogue entre eux, elle devait toujours rajouter quelque chose sinon elle n’arrêterait pas de passer le reste de la journée à chercher ce qu’elle aurait pu balancer avec un regret profond.

    - Tu ne devineras jamais ou je suis allé ce matin, et pourquoi, et certainement encore moins qui j’ai croisé.
    -Mm, c’est fou ce que t’es précis là ! T’es tellement claire que j’suis aveuglé.

    Suite à sa remarque le jeune homme afficha un air mystérieux qui sur lui paraissait ridicule. On aurait dit la moue d’un de ses sketchs comique où ils prétendent connaitre l’identité de l’assassin ou de l’amant de la croqueuse de diamant. Comme elle savait pertinemment qu’elle ne trouverait pas elle lui donna un petit coup de coude dans les côtes. Pendant ce temps la file d’attente pour le glacier se réduisit de deux personnes permettant alors à la brunette de s’avancer pour se placer face à Hugo.

    - Bon la première réponse j’te la donne, j’étais au ministère, et le pourquoi, tu devras y réfléchir un minimum, et là bas j’ai croisé…
    - Pfff…..

    Le suspense n’était pas non plus digne des plus grands thrillers du cinéma mais elle détestait que les gens tournent ainsi autour du pot. C’est comme quand quelqu’un vous dit ‘je t’ai acheté un cadeau, mais je te dirais pas c’est quoi !’. Là la première chose que vous avez envi de lui faire c’est de lui décocher un taquet et de le torturer jusqu’à ce qu’il crache le morceau. Hugo fit un pas en avant pour donner ça commande au glacier qui affichait presque un air soulagé de rencontre enfin quelqu’un qui savait prononcer distinctement le nom du parfum qu’il désirait.

    - Une glace chocolat pistache.
    - Ah c’est donc ça que tu as croisé ? Lança-t-elle. Mais elle s’était rendu compte que sa blague était… à chier. Et puis c’est surtout l’expression du glacier qui la renfrogna, elle avala sa salive et rebroussa chemin. Hum, désolé. Cerise pour moi s’il vous plait.

    C’est tel une enfant que la jeune demoiselle regarda le glacier prendre son instrument et tel un pro la passer sur la surface des pots créant ainsi une succulente boule de glace. La sienne rouge foncé, une belle boule de sang, et celle de son comparse verte saupoudrée de taches marron. Appétissant. Alors que tel un gentleman il régla la commande Alanna en profita pour le remercier alors qu’il reprenait son chantage d’information qu’il délivrait au goutte à goutte.

    - Donc je disais j’ai croisé un vieil ami, et figure toi qu’il m’a demandé de tes nouvelles. J’ai trouvé ça bizarre parce que je ne savais pas que vous vous connaissiez réellement, enfin du moins que vous étiez amis.
    - Ah bah déjà ça élimine plusieurs de mes prétendants et prétendantes. Merde !

    Elle plaça son index et son pouce sur ses lèvres mais les retira bien vite pour les remplacer par sa délicieuse glace qui lui colora les lèvres pour les assombrir. Alors qu’elle savourait sa petite sucrerie Hugo lui semblait s’impatienter. Quel rabat joie.

    - Alors, j’attends tes suppositions Sherlock !!
    -Bon laisse moi remettre mes idées en place mon cher Watson ! Déjà en premier j’aurais dit mon oncle mais j’vois pas pourquoi il parlerait à une tâche comme toi. Rire. Et puis c’est pas un vieil ami ! Enfin bref si je continuais sur ma lignée ça pourrais être mon cousin… ou ma tante aussi j’sais pas si elle a retrouvé la mémoire ou je ne sais quelle folle histoire… elle fit les gros yeux puis fronça le nez, histoire de famille, sans importance. Mais ces deux candidats sont aussi éliminés pour les même raisons. Et puis bah j’sais pas il ne reste que les gens de Poudlard, donc… j’ai a peut près genre une quinzaine de personnes sur ma liste, j’dois vraiment tous les citer jusqu’à ce que tu me dises oui ou non ?

    Elle reprit une petite bouchée de sa glace avant de réprimer un frisson, ses dents venaient de croiser la boule de glace et ils ne sont pas très bon amis. Soudain elle s’arrêta sur place.

    -J’viens de réaliser ! Ça y ait, t’es aller au ministère ? Purée, ils perdent pas leur temps ! Ils auraient pas pu te laisser finir tes vacances. Ils sont gonflés ! Bref, sourire , c’était comment hormis cette superbe rencontre ?

    Non non elle n’essayait pas de changer de sujet, pas du tout ! Siffle.

Revenir en haut Aller en bas
http://appelo-mortem.forumactif.org/memoire-du-choixpeau-f7/alan http://appelo-mortem.forumactif.com/relations-f29/alanna-link-me-t1292.htm http://appelo-mortem.forumactif.com/envie-d-un-rp-f30/alanna-rogers-t1293.htm
Hugo O. Garnaliel
Langue de Plomb
Are you affraid? Not apparently enought... avatar
.
Masculin

231 messages
Amour : Une petite vipère

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: Diplômé
Caractère: Renfermé, violent, colérique, brutal, parfois calme et doux, mais rarement.

MessageSujet: Re: London Bridge Mer 6 Jan 2010 - 17:54

    A peine quelques secondes ensemble et déjà Hugo sentait un poids s’enlever de son corps. Il n’aurait pas été jusqu’à dire que loin d’elle il ne pouvait plus respirer, mais il avait été tellement habitué à l’avoir près d’elle. Ils avaient déjà été séparés une année, la première du jeune homme à Poudlard, mais ce n’était plus la même histoire. A l’époque ils n’étaient encore que des enfants bien que leur degrés de maturité dépassé de loin celui des enfants de leur âges, mais maintenant, ils avaient grandit, ils étaient adulte, et Hugo s’était habitué à sa présence. Il savait que cette fois ci, ce serait beaucoup plus dur pour lui. Oh bien sur, il connaissait la meilleure technique pour ne pas souffrir de cette séparation. Fermer son esprit, se plonger dans tout autre chose, et en venir presque à oublier ce qui le torture. Il était roi dans cette discipline, mais avec Aly, ce serait difficile. Elle était sa meilleure amie, sa petite protégée, même s’il savait pertinemment qu’elle n’avait aucun besoin d’être protégée. A peine prenait-elle le temps de lui répondre, qu’à peine prenait-elle le temps de lui répondre, qu’il poussait déjà un soupir. Il valait mieux qu’il oubli tout ceci pendant les quelques heures qui leur restait, sinon il serait bien capable de tout gâcher.

    -Oui bien sûr ! Tu me connais ! J’suis la pro pour gâcher le moindre signe de bonheur des gens.

    Il laissât échapper un rire alors qu’elle lui tirait la langue. Il savait pertinemment pourquoi elle le faisait. Il aurait pu répondre, la forcer à trouver autre chose, mais à quoi bon lui retirer le plaisir d’avoir le dernier mot. Cela avait été un de leurs jeux favoris, mais en bon perdant, aujourd’hui, il n’avait pas réellement envie de se battre avec elle. Du moins, il ne comptait pas rendre coup pour coup, aussi pouvait elle prendre un peu d’avance. Il souhaitait juste profiter de cette belle après midi. Tout en marchant, il ne cessait de penser à ce que cela allait devenir. En réalité, il n’avait qu’une crainte. Que leur relation change. Il décidât d’entamer la conversation histoire d’oublier toute ces sottises. Pourquoi cela changerait il. Il pouvait se passer de nombreuse chose en un an, mais tout de même. Et puis, depuis quand se prenait il la tête comme une gamine de quinze an ? Il fallait qu’il arrête, aussi il cherchât à la taquiner sans même s’en rendre compte en lui posant ses énigmes. Sur les trois questions, seule deux étaient réelles, mais il voulait voir sa réaction et ce qu’elle aurait à lui dire.

    Après une petite pique et un coup de coude dans les côtes, il se décidât à lui donner quelques indices, mais la glace vint couper la conversation. Aly en profitât pour faire de l’humour, une nouvelle fois, il ne relevât pas et se contentât de sourire. Une glace de plus plus tard, ils repartaient dans le sens opposé. Il se renfrognât quelque peu alors qu’elle parlait de ses prétendants, mais après tout, il l’avait bien cherché. Il n’avait jamais vraiment aimé que les garçons lui tournent autour, et il savait très bien que cette année il ne serait plus là pour la surveiller. Il ne doutait pas bien sur qu’il n’était pas au courant de tout. Elle lui avait certainement caché de nombreuse chose jusqu’ici, car elle le connaissait bien. S’il avait pu mettre des têtes sur ces suppositions, ils les auraient toutes dégommées les unes après les autres. Oui elle était grande, mais personne ne la méritait assez à ces yeux. Pour l’instant il souhaitait surtout des réponses, et il ne se rendait pas compte qu’il pouvait lancer un sujet bien plus épineux que ce qu’il ne le pensait.

    - Alors, j’attends tes suppositions Sherlock !!
    -Bon laisse moi remettre mes idées en place mon cher Watson ! Déjà en premier j’aurais dit mon oncle mais j’vois pas pourquoi il parlerait à une tâche comme toi.
    - Ah ah, très drôle…
    - Et puis c’est pas un vieil ami ! Enfin bref si je continuais sur ma lignée ça pourrais être mon cousin… ou ma tante aussi j’sais pas si elle a retrouvé la mémoire ou je ne sais quelle folle histoire…
    - Houlà, bonjour la famille…
    - …histoire de famille, sans importance. Mais ces deux candidats sont aussi éliminés pour les même raisons. Et puis bah j’sais pas il ne reste que les gens de Poudlard, donc… j’ai a peut près genre une quinzaine de personnes sur ma liste, j’dois vraiment tous les citer jusqu’à ce que tu me dises oui ou non
    - J’avais oublié que ton oncle bossait là bas. J’l’imagine trop, la caricature parfaite du bof qui veux sauver le monde et en oublie totalement le reste… Remarque apparemment c’est sa femme qui l’a oublié à force d’être mise à part. J’suis sur que je tape dans la vrai alors que je connais même pas l’histoire. J’ai aperçut quelques aurors dans le hall. J’trouve qu’ils se la pètent, tout sa sous prétexte qu’ils assurent notre sécurité. J’en aie même bousculé un, t’aurais vu ça, un air supérieur ridicule, j’ai faillit exploser de rire. La trentaine, blond les yeux bleue, beaucoup trop beau gosse pour être intelligent.

    Il aurait pu continuer son laïus encore longtemps, mais elle le coupât dans sa lancé.

    -J’viens de réaliser ! Ça y ait, t’es allé au ministère ? Purée, ils perdent pas leur temps ! Ils auraient pas pu te laisser finir tes vacances. Ils sont gonflés ! Bref, c’était comment hormis cette superbe rencontre ?
    - Ou l’art de changer de sujet subtilement !!

    Il lui lançât un sourire, mais après tout, il ne lui en voulait pas. Il se connaissait trop bien lui même pour savoir qu’il risquait de tout foutre en l’air s’il s’obstinait à obtenir des réponses sur un sujet brulant. Cependant le fait qu’elle tente de changer de sujet aussi facilement lui mit la puce à l’oreille. Ils en reparleraient plus tard, aujourd’hui, autant profiter l’un de l’autre en toute simplicité. Il portât sa glace à ses lèvres avant qu’elle ne lui fonde totalement dans les mains avant de répondre.

    - T’es un peu lente quand même, j’t’ai dit que j’étais aller au ministère, et maintenant tu me demande si j’y suis allé.

    Il ne pu s’empêcher de rire, il avait bien le droit de la charrier un peu encore.

    - Je te signale que septembre n’est pas très loin, et ils ne peuvent pas embaucher n’importe qui au dernier moment.

    Il roulât ses yeux dans ses orbites d’un air affligé avant de reprendre.

    - Heureusement, je ne suis pas n’importe qui. J’ai reçu ma convocation une semaine après la sortie de Poudlard. Tu pense, ils attendent de recevoir les notes des ASPICS de tous les élèves et contactent ceux qui sont intéressés le plus vite possible. Mais il n’y a pas que ceux qui sortent de Poudlard, il y a aussi des étrangers, et enfin bref…

    Non, il ne faisait pas exprès de laisser durer le suspens, il trouvait cela assez amusant. Peut être finirait elle par craquer et le plaquer au sol en lui cognant la tête par terre pour qu’il en vienne à l’essentiel. Cette vision le fit sourire.

    - Donc j’y suis allé, j’ai eu mon entretien avec le directeur du département. Malheureusement tout ce qui se passe au département des mystères doit rester secret. J’ai même dut signer un papier qui m’interdit de révéler ce que j’ai pu entendre. Les questions comme le reste. Enfin interdit est un bien grand mot, pour l’instant je suis incapable d’en parler a cause d’un sortilège. En réalité, ils n’ont confiance en personne à part les leurs, donc le charme s’effacera quand j’intégrerais mon poste.

    Il laissât un léger silence, le temps de voir si elle allait percuter ou non ce qu’il venait de dire. Il avalât la fin de sa glace, et laissât un large sourire apparaitre sur son visage. En réalité, il était heureux, et il espérait qu’elle le serait autant pour lui, car il allait intégrer l’un des départements du ministère les plus prisés, mais aussi le plus secret, et s’était ce qu’il désirait par-dessus tout. Il attendit donc que la chose lui monte au cerveau, ce qui ma fois pour une fille pourrait peut être s’avérer long…

Revenir en haut Aller en bas
http://appelo-mortem.forumactif.org/ceremonie-des-repartitions-f http://appelo-mortem.forumactif.com/relations-f29/hugo-s-links-t1261.htm http://appelo-mortem.forumactif.com/envie-d-un-rp-f30/hugo-o-garnaliel-t1263.htm
Contenu sponsorisé

.


messages


MessageSujet: Re: London Bridge

Revenir en haut Aller en bas
London Bridge Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Appelo Mor†em (old) :: 

┤Le monde de la magie├

 :: 

Londres

 :: 

Moldu et autre

-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forumactif.com