Appelo Mor†em (old)


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Némésis Anthéa Prescott ; « Qui m'aime me suive. » Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
Invité
Invité
.


messages


MessageSujet: Némésis Anthéa Prescott ; « Qui m'aime me suive. » Sam 8 Aoû 2009 - 19:16


        I. Vous

        PRÉNOM : Ju’
        ÂGE : 15 ans
        ANCIENNETÉ DANS LE RP : ~ 2 ans
        COMMENT AVEZ VOUS DECOUVERT LE FORUM ? DC (:
        QUE PENSEZ VOUS DU FORUM ? Toujours aussi bien et beau avec le nouveau design’ (Bravo Travis !)


        II. Formalités

        AVATAR : Misha Barton
        CODE :
        PROFIL : remplit par un admin

Revenir en haut Aller en bas


Dernière édition par Némésis A. Prescott le Sam 8 Aoû 2009 - 19:21, édité 1 fois
Invité
Invité
.


messages


MessageSujet: Re: Némésis Anthéa Prescott ; « Qui m'aime me suive. » Sam 8 Aoû 2009 - 19:21




    prologue • « le commencement »
« Je suis une jeune femme assez spéciale, dit-on. Mais il en faut toujours une dans notre société, n’es-ce pas ? J’aime les contes de fées dans lesquels tous se finis toujours bien. Pourtant, j’avais toute les raisons de les détester et puis, il faut bien avouer qu’aimer ce genre de chose c‘est assez rare pour une jeune femme de mon âge. J’aime ce sentiment d’escapade lorsque je plonge dans une de ces histoires. J’aime ce sentiment de rêverie et d’apesanteur, à chaque mots que mon regard chevauchent. J’aime ça parce que je me sens proche de ma sœur. Je suis restée une grande gamine mine de rien. Je suis une gamine qui nourrit une souffrance sous cette carapace excentrique et folle que je me suis construite que plus personne ne pourra briser. Cette douleur me consume jour après jour sans relâche, si bien qu’il m’est de plus en plus dur de m’attacher aux autres par simple affection. Je ne suis pas méchante, mais je dis toujours ce que je pense, parfois sans réfléchir à la peine que je peux provoquer par mes paroles. Je déteste ces gens écervelés qui par leur physique avantageux se qualifient dans le groupe des « populaires » de l‘école, qui se croient tous permis, traitant les autres plus bas que terre. Je n’hésite pas à me battre pour ce qui, à mon sens, me semble juste parce que je hais l’injustice, ce qui m‘a crée bien des ennuis durant les cours.

J’étais destiné à être une personne de foncièrement gentille. Entourée de l’amour de ma famille, vivant loin de tous conflits possible… Et pourtant. Le manque, les regrets, la culpabilité, les souvenirs défilants inlassablement dans ma mémoire m’ont rendus comme vide à l’intérieur et c’est pour me donner une consistance que je me suis crée cette carapace. Blessée, meurtries, je ne supporterais pas que quelqu’un me prenne en pitié ou alors qu’on découvre ma souffrance… A cause de cette foutue fierté à la con qui me bouffe à chaque fois que je me retrouve devant quelqu’un. Intelligente et rusé, j’ai pris l’habitude de me plonger dans mes études pour oublier ma tristesse, ce qui fais que je suis souvent trop vite catalogué comme étant une intello ou plus familièrement comme une « Geek » par mes camarades. Mais commençons par le commencement. Il était une fois… N’es-ce pas comme cela que toute les histoires féeriques prennent formes ? Oui, j’aurais bien pus commencer mon récit par cette phrase tant repris par ces auteurs chers à nos cœurs, mais à mon plus grand désespoir, mon enfance n’eut rien d’un conte de fée, même si contre toute attente elle avait bien débutée…

Je m’appelle Némésis Anthéa Prescott, j’ai dix-sept ans et voici mon histoire… »

Revenir en haut Aller en bas


Dernière édition par Némésis A. Prescott le Dim 9 Aoû 2009 - 15:18, édité 3 fois
Invité
Invité
.


messages


MessageSujet: Re: Némésis Anthéa Prescott ; « Qui m'aime me suive. » Sam 8 Aoû 2009 - 19:24


    chapitre 1 • « allez viens, je t‘emmène au vent. »
Biiip...Biiip... * Mmmhh ? * Huit heures. Huit heures du matin et la luminosité commençait à se faire difficilement une place pour la journée à venir. Encore lasse et endormie par la nuit qu'elle venait de passer, la petite Némy tentait tant bien que mal d'ouvrir ses paupières encore bien trop lourdes. La petite blondinette avait veillée une grande partie de la nuit et elle en payait à présent les conséquences. Pourquoi avait-elle veillée ainsi presque une nuit complète ? Et bien, elle avait attendue le père Noël, par dis ! S'extirpant avec maladresse et engourdissement de son petit lit, Némésis alla à la fenêtre de sa chambre. Après avoir tiré sur ses gros rideaux, elle constata avec émerveillement que la neige commençait à tomber par gros flocons. Ces gros cotons froid se posaient délicatement sur le sol, formant petit à petit une fine couche blanche sur la terre. Dans quelques heures, une belle couche se sera formée, Némésis en était sûre ! A sept ans, un rien, une nouveauté pouvait rendre heureuse Némy et c'est surement ce qu'il y avait de plus beau et d’épatant avec l'enfance. Dévalant quatre à quatre les escaliers de sa petite maison familiale, la petite fille alla faire un gros bisou à ses parents et à sa grande sœur, toute contente, puis les regarda avec des yeux pétillants d'excitation. Comprenant sa soudaine excitation durant cette matinée, Penelope, sa douce mère, lui montra d'un signe de tête le sapin à sa droite. Ne perdant pas une minute de plus, Némésis prit le bras de sa grande sœur et la força à la suivre vers cet amoncèlement de cadeaux multicolores entassés sous le sapin de Noël. Un cri d'euphorie mais tout de même discret, en découvrant ses cadeaux apportés par Papa Noël, s'échappa des lèvres de la petite brune. Ses parents avaient pris place sur le canapé près de leurs enfants, un sourire plein d'affection et de bienveillance illuminé leurs visages. Encore trop petite, ces derniers n'avaient pas jugés bon de lui annoncer que cet homme si généreux n'existait pas. Némésis avait l'air tellement heureuse de croire que quelqu'un pouvait passer par la cheminée et donner des cadeaux à tous les enfants du monde en une nuit entière, qu'ils n'avaient pas eu le cœur de lui briser ses croyances enfantines. Alors qu'elle ouvrait encore ses cadeaux avec cette même étincelle dans ses yeux noisettes, Némy poussa une nouvelle fois un cri, bien plus strident que les précédents, ce qui poussa Violet, sa grande sœur, à se boucher les oreilles en grimaçant. Toute fière et contente, Némésis se releva et agita son cadeau entre ses fins doigts blancs. De ses doigts pendaient de magnifiques patins à glace. Depuis qu'elle était allée au Parc avec sa mère, il a deux semaines de ça et qu’elle avait vue ces si gracieuses personnes, glissant avec habilité sur la glace, Némésis n'arrêtait plus d'y penser et elle voulait depuis ce jour-là savoir, elle aussi, faire du patin à glace, même si ça pouvait paraître comme étant une activité faites pour les grandes personnes, Némy adorait vraiment regarder ces gens patiner et elle aussi, elle aurait voulus paraître aussi belle.

némésis - Regarde maman ! Le père noël a pensé aux patins !
penelope - Il est vraiment très fort ce père noël !
némésis - Je peux aller les essayer, Maman ? Allez, dis oui, dis oui ! Sss’teeuuuhh plait !
penelope - Mmmh… D’abord va manger et t’habiller chaudement…Violet, tu iras avec ta petite sœur, d’accord ?
violet - Très bien. Allez l’puceron, dépêche toi !

Némy cria une nouvelle fois de bonheur et fit un énorme bisou à sa grande sœur pour la remercier de l‘accompagner, puis courut à toute vitesse pour aller s’habiller et manger. Cette dernière avait hâte de pouvoir enfin les essayer.

Le vent fouettait avec douceur son visage angéliquement blanc. L’hiver n’avait jamais été aussi rude dans son petit village britannique. Marcher sans manquer de tomber était une œuvre bien périlleuse. Se cramponnant avec force au bras frêle de sa grande sœur, Némésis n’osait plus la lâcher. Le verglas sur les trottoirs Londonien formait à présent une fine couche, comme la neige précédemment, où les passants pouvaient facilement patiner. Le froid régnait en maître dans cette ville figée par le vent glaciale émanant du nord. Avec détermination, la petite blonde marchait doucement, mais surement au bras de sa sœur avec l'idée précise en tête d'essayer pour la première fois ses patins à glace. Némésis était tellement heureuse de ce cadeau, que le père Noël lui avait apporté, qu'elle avait fortement insisté pour aller les essayer ce matin même sur la piste glacée. Une fois qu'elles furent enfin arrivées près de la piste glacée, Némésis s'appuya sur la rambarde et jeta, pendant plusieurs minutes, son regard noisette sur les patineurs, avant d'aller s'asseoir sur le banc non loin d'elle à sa droite pour enfiler ses patins. Voyant qu'elle avait encore du mal à les enfiler, Violet vint à sa rescousse et s'agenouilla devant elle pour prendre les lui enfiler.

violet - Allez, puceron. Laisse moi t’aider…
némésis - Non, je vais y arriver !

Violet leva les yeux au ciel, mais la laissa faire. Cette dernière alla s'asseoir à ses côtés et attendit qu'elle les ait enfin enfilée pour qu'elle fasse ses preuves sur la piste. Bon, il fallait bien l'avouer, ses débuts étaient difficiles. Némésis ne cessait de tomber, mais loin de pleurer et de baisser les bras, elle se relevait à chaque fois et elle continuait où elle s'était arrêtée. Sa grande sœur était assez admirative devant le courage de sa petite sœur. A sa place, elle aurait déjà abandonnée en râlant que ces patins étaient pourris. Leur mère avait perdus sa mère dans son enfance alors qu'elle venait juste de rencontrer Evan, leur père moldus. Oui, les deux jeunes enfants Prescott étaient toutes les deux des sangs mêlé, mais pour l'instant ces dernières ne connaissaient encore rien de ce monde magique auxquels inconsciemment elles faisaient parties. Malheureusement, Némésis n'hérita pas seulement de la détermination et du courage de sa mère, la mignonne petite Blonde était aussi cruellement naïve et bien trop généreuse, du simple avis de sa grande sœur. Cette dernière arrivait très bien, par son caractère joviale et drôle, à se faire des amis, mais elle attirait aussi énormément les ennuis et les gens malavisés et ça, même dans la petite récréation de l'école primaire moldus où elle étudiait pour l'instant.

Plusieurs heures passèrent où ce petit bout de femme s'amusait comme une petite folle. C'était vraiment le cadeau rêvé. Némésis avait bien fais de les mettre sur sa liste. Une fois qu'elle fut assez épuisée, elle sortit de la patinoire et alla rejoindre sa grande sœur. Cette fois, elle ne rechigna pas sur le fait qu'elle puisse l'aider à enlever ses patins à glace. Ses jambes étaient en cotons, ses bras seraient bientôt couverts de bleu et ses gants en laine ne laissaient, à présent, plus ses doigts à l'abris du vent glacial de l'hiver. Secouée par de gros frissons, Némésis ne pouvait s’empêcher de grelotter de froid, ce qui n’échappa pas au regard bienveillant de sa grande sœur.

violet - Tu es frigorifiée, Némy ! Viens, on rentre tous de suite à la maison. Maman va te faire un chocolat chaud, ça ira mieux après ça, tu verras.

La serrant tout contre elle, Violet frictionna doucement les bras de sa petite sœur pour la réchauffer du mieux qu’elle pouvait et elles avancèrent en direction de la maison, où devant son bon chocolat chaud, Némésis ne manquerait pas de relater sa journée avec sa sœur à la patinoire à sa maman.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
.


messages


MessageSujet: Re: Némésis Anthéa Prescott ; « Qui m'aime me suive. » Sam 8 Aoû 2009 - 19:32


    chapitre 2 • « ne pleurs pas, petite sœur. »
violet - Dépêche-toi, Némy ! J’en ai marre de poireauter !

Après avoir dépassé la grande grille noire de son école primaire, Némésis accourut au côté de sa grande sœur. La belle blonde savait très bien que sa sœur était toujours de très mauvaise humeur quand on la faisait attendre, alors pas question que ça recommence. Une fois arrivé à sa hauteur, Némésis remarqua dans ses yeux sa frustration et sa colère. Bien sûr, cette dernière savait aussi que cette colère et frustration ne serait que passagère et qu’elle redeviendrait très vite la Violet qu’elle aimait beaucoup. Celle qui, malgré son caractère réservé et froid, était un véritable amour avec sa petite sœur. Comme Némy l’avait prévue, Violet se calma petit à petit et un léger sourire éclaira son doux visage presque similaire à celui de la mignonne petite brune.

violet - Ça va vraiment être super de quitter cette école pour moldus ! Ne t’inquiète pas, ton tour viendra aussi.
némésis - Je ne sais pas… Tu as entendus maman. Peut-être que je n’aurais pas de pouvoir, après tout. Je suis peut-être comme papa…
violet - Non, je ne pense pas. Maman nous a dit qu’il se passait quelque chose avant qu’ils nous envoient la lettre pour nous informer que nous allons à Poudlard. Je suis sûr à cent pourcent que tu recevras toi aussi ta lettre, puceron !
némésis - Mouais…Enfin, ce n’est pas vraiment grave. Ça ne me dérangerais pas de rester telle que je suis tu sais, Vio’ !
violet - Ne dis pas ça !
némésis - Mais c’est vrai ! Je m’en fous, moi, d’être une sorcière ou pas. On vivait très bien avant que tu reçoives cette lettre et que maman nous dévoile tous ça !
violet - Bon ok, c’est vrai… Mais tu ne trouves pas ça excitant ?! Enfin quoi ! Ça n’arrive pas à tous le monde ce genre de truc et puis… Waah sorcière ! Ça c’est cool !

Némésis soupira bruyamment ce qui arracha un sourire à sa sœur. Ah, Violet ! Elle avait une vision bien personnelle de ce qui était « cool ». La petite blonde n’avait que faire d’avoir des pouvoirs. Sa sœur en revanche, elle, pensait trouver ça géniale de posséder de telles capacités et d’être plongée dans un autre monde, ce que Némy ne comprenait pas du tout. Elle aimait bien sa joyeuse vie dans son petit village en campagne non loin de Londres. Ça ne l’embêtait pas d’être simple et non unique. Mais il fallait bien avouer que voir sa sœur aussi heureuse rendait folle de joie Némy. Marchant à toute vitesse sur le passage pour piéton, la blondinette dépassa sa sœur et courut le plus vite possible vers la chaussée en face d‘elle.

violet - Attends, Nem‘… Je n’arrive pas à te…

Violet n’eut pas le temps de finir sa phrase. Ne regardant pas derrière elle, Némésis entendit juste un grand BBAANNGG dans son dos. Sous le choc de ce bruit atroce, elle se retourna d’un bond. Un cris strident et terrible lui arriva aux oreilles. Un cri de douleur. Un cri qui déchira le cœur et les tympans de la petite Némy. Alors qu’elle cherchait vite sa sœur du regard, Némésis la trouva allongée sur la route, une voiture près d’elle. Némésis se mit à courir à en perdre haleine vers sa sœur qui ne cessait de hurler. Tombant à genoux près d’elle, la première chose qui attira son regard était l’abondance du sang sur la route qui venait de son corps. Horrifiée, Némésis se mit à hurler à l’aide. Un passant soucieux décrocha son portable pour appeler l‘hôpital. Toujours au côté de sa sœur, Némy caressa doucement son visage en attendant l’ambulance. Des larmes coulèrent le long de ses joues et même si elle ne voulait pas pleurer, la petite brune ne pouvait plus retenir ce besoin de montrer son chagrin. Voir sa sœur dans cet état, entre la vie et la mort, lui était insupportable. Elle avait eu l’air tellement rayonnante l’instant d’avant et la voilà maintenant allongée contre le sol, Némy était anéantie.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
.


messages


MessageSujet: Re: Némésis Anthéa Prescott ; « Qui m'aime me suive. » Sam 8 Aoû 2009 - 19:35


    chapitre 3 • « devinette, devinette »
De longs mois s’étaient écoulés depuis la mort de Violet et Némésis n’arrivait toujours pas à faire face à la perte de sa sœur. Hantée par l’image de Violet agonisant sur le pavé, elle essayait tant bien que mal de sourire et de faire comme si tout allée bien, mais sa mère n’était pas dupe. Voyant sa fille dépérir à vue d’œil, Penelope pensa que la meilleure des solutions était de lui faire prendre un rendez-vous chez un psychologue ou du moins quelqu’un qui pourrait l’aider à exorciser sa douleur. Elle en parla à Némésis qui fut catégorique : hors de question pour elle de parler de leur vie privé à un inconnus. Ne sachant pas quoi faire, Penelope emmena Némésis passer une après-midi chez son père. Et voilà donc Némésis partit chez son grand père : Charles Greenwich. Un vieillard aigris et impatient, comme le décrivait certaines personnes de son entourage. Loin d’être ravie d’aller lui rendre visite, Némésis accepta tout de même, préférant parler à son grand père plutôt qu’à je ne sais quel inconnus.

Tic, tac, tic, tac. Le bruit de l’aiguille tournant sur l’horloge était le seul bruit perceptible dans le grand salon. Assis sur son sofa, son grand père lisait son journal sans prêter attention à sa petite fille. Alors que seul le cliquetis se faisait entendre dans le salon, le toussotement de son grand père la fit sursauter. Némésis comprenait de moins en moins pourquoi sa mère l’avait emmené voir son grand-père alors qu’à l’évidence, il n’en avait vraiment rien à faire d’elle ! Soudain, alors qu’il était en train de lire son journal, il le posa sur la table basse et la regarda attentivement.

charles - Je paris que tu en as marre d’être ici, n’es-ce pas ? Non, ne répond pas, je sais que tu me mentirais. Avec ta mère quand elle était plus jeune, je me suis amuser à tester son intellect par des devinettes avant qu‘elle fasse son entrée à Poudlard. Bien sûr, elles étaient bien trop compliquées pour elle et il faut croire que tu as hérité des gênes de ton père, ce qui ne devrait pas aider notre famille à faire accroitre une bonne réputation. Tu veux essayer ? A moins que…Tu aurais trop peur de m‘affronter…
némésis - Non non, j’accepte.

L’esprit de compétition. Tous deux en étaient imprégnés, c‘était indéniable. Némésis avait acceptée sans même savoir si elle allait réussir, mais lorsqu’il avait remis en question ses capacités mentales à cause des origines moldu de son père, elle n’avait pas pus refuser. Assise sur une chaise face à lui, Némy le regarda droit dans les yeux avec des éclats de décontraction dans ses prunelles noisettes. Un sourire machiavélique se dessina sur les lèvres charnus du vieillard.

charles - Très bien, dans ce cas, je vais commencer par une simple, même si je crains que tu ne sois pas en mesure de me donner la réponse exacte. Quelle bête peut passer par-dessus une maison et ne peut pas franchir une rigole d’eau ?
némésis - Mmh… Une bête qui peut passer pardessus une maison mais qui ne peut pas franchir une rigole d’eau, c’est forcément la fourmis !
charles - Mmh bien, bien. Maintenant une bien plus dure ! Qu’es-ce qui fait le tour du bois sans jamais y pénétrer ?
némésis - Une bien plus dure ? Tu te fiches de moi, pépé ?! Elle est encore plus simple que l’autre. C’est l’écorce !

Charles Greenwich la regarda avec une expression de défis et de surprise dans le regard. Son sourire narquois s’étaient à présent transformer en grimace. Il ne s’était certainement pas attendus à ce qu’elle trouve la réponse de celle-ci. Comment avait-elle fais d’abord ? Sa mère n’avait jamais réussis durant sa jeunesse et pourtant, elle était une sang pur, elle ! Rrr. Il lui fallait trouver une nouvelle devinette et cette dernière ne mit pas longtemps à venir.

charles - Bien… Je vois que tu fais la maligne… Qui es-ce qui fait de l’ombre dans les bois sans jamais y être ? 
némésis - Je ne fais pas la maligne grand père mais, tes devinettes sont assez basiques et simples. Je déplore que maman n’est pus y répondre lorsqu’elle avait mon âge. Pour en revenir à ta question, je dirais que la réponse est le soleil. 
charles - Et bien euh… Oui, c’est la bonne réponse. Bon, je dois avouer que tu m’as impressionné, Némésis. Je ne te croyais pas capable de répondre à ces trois devinettes, mais tu m’as prouvé le contraire, je t’en remercie. Tu as certainement plus ta place à Poudlard que la plupart de tes futurs camarades, ma grande. 
némésis - Merci, Grand-père. Maintenant, j’aimerais moi aussi te poser une petite devinette si tu me le permets. Plus on en met et moins ça pèse ; Qu’es-ce que c’est ? 
charles - Mmh… Plus on en met, moins ça pèse… Mmh… J’avoue que je n’en ais pas la moindre idée ! Je donne ma langue au chat comme disent les moldus. Allez dis-moi, s’il te plait. 
némésis. « Des trous dans une planche de bois. »
charles - Des trous dans une … Ah ah ah ! Elle est bien bonne celle-là ! Si je suis encore dans ce monde pour voir mes arrières petits enfants, je la leurs poserais. 

Némésis commença à apprécier de plus en plus sa journées avec son grand-père, si bien qu’elle voulut retourner chez lui tous les week-ends, où ils s’amusaient à se tester et à trouver de nouvelles devinettes. Elle arrivait à oublier les images négatives et sa sœur lorsqu’elle était avec lui et il fut très vite une personne très importante à ses yeux.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
.


messages


MessageSujet: Re: Némésis Anthéa Prescott ; « Qui m'aime me suive. » Sam 8 Aoû 2009 - 19:40


    chapitre 4 • « poudlard, me voilà ! »
penelope - Surtout ne stress pas. Je suis certaine que le choixpeau t’enverra dans une très bonne maison. 
némésis -  Je sais, maman. 
penelope - Ne te fais pas influencer par des gens malveillants, Némy. Tu sais comme tu peux être naïve parfois. 
némésis - Je sais, m’man. 
charles -  Mais tu vas la laisser tranquille, non de non, Penelope ? C’est pas possible d’être aussi mère poule que toi, par Merlin ! Bon, Némésis, moi je n’aurais que deux choses à te dire. Un : amuse toi et deux : ne côtoie pas trop les serpentards. Tu es bien trop facile manipuler pour trainer avec eux.
némésis - Pourquoi ? Qu’es-ce qu’ils ont de si particulier ?
charle - Et bien… Les serpentards sont réputés comme étant des gens très ambitieux, rusé et aimant, la plupart du temps, montrer qu’ils sont supérieurs. Ces facettes de leur personnalité sont parfois plus développé chez certaines personnes plutôt que d’autres mais, en général, il vaut mieux s’en méfier. 
némésis - D’accord, grand père.
charle - Oh oh ! Le train va bientôt partir. Allez jeune fille, il faut y aller. 
penelope - Je t’aime, ma chérie. Je t’écrirais toute les semaines. Non, trois fois par semaine. Au revoir. 
némésis -Au revoir, maman. Au revoir grand-père. Je vous aime fort. 

Ça y est, elle y était dans ce train et un étrange sentiment s’empara de son être. C’était comme si une partie d’elle était resté sur le quais avec sa famille. Regardant par la fenêtre sa famille s’éloigner de plus en plus d’elle, Némésis eut une envie indescriptible de fondre en larmes. Là. Maintenant. Devant tout les autres élèves. Heureusement, elle réussit à se ressaisir et à arborer un magnifique sourire sur ses lèvres roses.

Le voyage dans le train fut plus qu’ennuyeux. Némésis avait trouvée un compartiment où seul un garçon au physique disgracieux se trouvait. Ne voulant pas marcher dans le train de long en large pour trouver un compartiment de vide, elle se résigna à entrer. Durant tout le trajet, son regard se perdit dans l’horizon de verdure qui se prêtait à elle. Elle ne parla, ni ne regarda une seul fois le jeune garçon qui était avec elle. Le simple bruit de l’entendre mâchouiller ses friandises lui donnait envie de vomir. Ce garçon était tout bonnement répugnait. Le supplice mit fin lorsqu’ils arrivèrent enfin au quais où quelqu’un allait les emmener à l’établissement magique.

Plusieurs barques déposées sur l’eau du lac de l’école les attendaient surmontées d’une lampe. La nuit était tombée depuis un moment déjà et les élèves commençaient à sympathiser entre eux, à faire connaissance avec leurs futurs camarades. Némésis fit la connaissance, elle aussi, de plusieurs élèves plutôt sympathique, mais la joie et l’enthousiasme de ses camarades ne l’animaient pas. Elle avait juste envie de rentrer chez elle en se disant que ce n’était qu’un mauvais rêve, mais malheureusement pour elle, Némésis allait devoir rester dans cet établissement pendant pas mal d’année avant de pouvoir enfin en sortir. Grimpant dans la première barques devant elle, Némésis se retrouva avec deux autre élèves, deux jeunes garçons. Némy prit une rame et commença à pagayer. Fatiguée, épuisée et assez énervée, elle avait du mal à ramer convenablement, ce qui ne plut pas au deuxième garçon dans la barques.

alyster - Mais c’est quoi ce travail ? Pagaye, bon sang ! Quelle gourde !
némésis - Si t’es pas content t’as qu’à t’y mettre, crétin !

C’était la goutte d’eau qui faisait déborder le vase. Mais pour qui se prenait-il ce petit merdeux ? S’il n’était pas content, il n’avait qu’à prendre la rame de Némésis et prendre sa place, elle n’attendait que ça. Au bout d’un moment, le château commença à se dessiner à l’horizon et même si Némésis était loin d’être enthousiaste à l’idée d’étudier dans cette école, elle ne put réprimer les petites étincelles qui dansaient dans ses yeux. C’est à ce moment là, où elle aperçut l’établissement enchanté, qu’elle sut que malgré elle, sa vie ne serait plus jamais la même.

Revenir en haut Aller en bas


Dernière édition par Némésis A. Prescott le Dim 9 Aoû 2009 - 13:06, édité 1 fois
Maximilien E. Middle
Admin | Serdaigle
Loosing control...Help him to get up! avatar
.
Masculin

5572 messages
Amour : Loréana Wilde est et sera pour toujours l'amour de sa vie!

Pensine
Orientation Sexuelle: Bisexuel
Année d'étude: 7ème année
Caractère: Sincère, honnête, fou, motivé, drôle, beau parleur, inteligent, charmeur, loyal, passioné, passionant, têtu, bien élevé, révolutionnaire, débrouillard, autonome, sarcastique, protecteur, volontaire, amusant, sportif, classe, patient, franc, écrivain, artiste! etc

MessageSujet: Re: Némésis Anthéa Prescott ; « Qui m'aime me suive. » Dim 9 Aoû 2009 - 19:59

    Bienvenue sur appelo mortem,

    Enfin re-bienvenue. J'ai adoré ta fiche, sincèrement! Je suis fan du style surtout qui est très fluide, ça se lit facilement et on a pas envie de faire demis tour une fois qu'on est dedans, on a qu'une envie c'est continuer! Tu connais la chanson sinon, amuses toi bien avec ce nouveau personnage et si tu as la moindre question, n'hésites pas.
    Si ton personnage est en sixième année, à moins d'voir doublé, il ne peut avoir 17 ans pr contre donc, c'est dans ton profil que tu dois lui enlever une année et non sur ta fiche Wink. Sinon pour les barques ce n'est pas très grave;

    Hum...Tu es très intelligence mais ton sens de la justice, ton courage et la force de ton coeur te mène tout droit à
    GRYFFONDOR!

    Bienvenue chez les lions alors et très bon choix d'avatar que tu vas devoir aller réserver! Tu peux aller créer ta fiche de lien et de relation ainsi que toin hiboux, je m'occupe de mettre ton rang tout de suite!! Bon jeu.
    Validé!


_________________
    Maximien & Travis
    S'il te plait prends ma main.
    Ne te fais plus attendre,
    Il est temps de s'éteindre
    Il est temps de s'étreindre...
    A la lumière obscure...
Revenir en haut Aller en bas
http://appelo-mortem.forumactif.org/-t43.htm http://appelo-mortem.forumactif.com/-t1023.htm http://appelo-mortem.forumactif.com/-t551.htm http://appelo-mortem.forumactif.com/-t236.htm http://appelo-mortem.forumactif.com/-t49.htm
Invité
Invité
.


messages


MessageSujet: Re: Némésis Anthéa Prescott ; « Qui m'aime me suive. » Dim 9 Aoû 2009 - 20:08

    Merci Maxou (:
    Mon premier perso' à gryffondor !

Revenir en haut Aller en bas
Laura Owned
Admin | Serpentard
Ein Mondmädchen, in einer mystischen Welt avatar
.
Féminin

3004 messages
Amour : Une Langue de Plomb

Pensine
Orientation Sexuelle: Hétérosexuel
Année d'étude: 6ème année
Caractère: Incontrolable, méchante et cruelle....De toute facon, mon caractère ne te regarde, viens le découvrir plus tot!

MessageSujet: Re: Némésis Anthéa Prescott ; « Qui m'aime me suive. » Dim 9 Aoû 2009 - 20:30

Bienvenue à toi sur AM

Amuse toi bien parmis nous.


_________________
A Strange Girl,
In a Strange World,
Laura Owned.
Revenir en haut Aller en bas
http://appelo-mortem.forumactif.org/-t31.htm http://appelo-mortem.forumactif.com/relations-f29/j-avais-decide-d-etre-heureuse-mais-pas-forcement-entoure-t973.htm http://appelo-mortem.forumactif.com/journal-intime-f27/ecrire-c-est-hurler-en-silence-t668.htm http://appelo-mortem.forumactif.com/hiboux-f28/petit-petit-petitapelle-le-hibou-la-t232.htm http://appelo-mortem.forumactif.com/envie-d-un-rp-f30/laura-owned-d-t50.htm
Contenu sponsorisé

.


messages


MessageSujet: Re: Némésis Anthéa Prescott ; « Qui m'aime me suive. »

Revenir en haut Aller en bas
Némésis Anthéa Prescott ; « Qui m'aime me suive. » Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Appelo Mor†em (old) :: 

┤Commencement├

 :: 

Cérémonie des Répartitions

 :: 

Mémoire du Choixpeau

-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit