Appelo Mor†em (old)


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Marc Sebastien Alexandre Utopia|| Son monde n'est pas une utopie Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Auteur Message
Invité
Invité
.


messages


MessageSujet: Marc Sebastien Alexandre Utopia|| Son monde n''est pas une utopie Mer 13 Mai 2009 - 17:58

I. Vous

PRÉNOM : Hum hum hum
ÂGE : 16 ans
ANCIENNETÉ DANS LE RP : Je ne sais plus 4-5 ans
COMMENT AVEZ VOUS DECOUVERT LE FORUM ? : C'est Laura
[size=10]QUE PENSEZ VOUS DU FORUM
? Il est génial bien sur

II. Formalités

AVATAR : Mika
CODE :
PROFIL : remplit par un admin

Revenir en haut Aller en bas


Dernière édition par Marc S.Utopia le Jeu 14 Mai 2009 - 20:01, édité 2 fois
Invité
Invité
.


messages


MessageSujet: Re: Marc Sebastien Alexandre Utopia|| Son monde n'est pas une utopie Mer 13 Mai 2009 - 17:58

    Marc Sébastien Alexandre Utopia




    Déjanté - Elegant - Hyperactif - Musicien -
    Gentleman - Bucheur - Pianiste -Destin - Courageux -
    Loyal - Décisions - Rock'n'roll -Joyeux -
    Arsenic - Alcool - Schizophrénie -Changeant-
    Lui




    PROLOGUE

    ||Le docteur|| Félicitations Monsieur Utopia, c’est un beau petit garçon.
    ||Nicolas|| Un garçon, vous êtes sur docteur? Vous êtes sur d’avoir bien vu?
    ||Le docteur|| Vous souhaitez peut être m’apprendre mon métier Monsieur, je suis catégorique, c’est un beau petit garçon de 3Kilos500.


    Non, je vous rassure mon père n’est pas débile ou retardé mentalement, il ne se fiche encore moins du docteur, et certainement pas de lui apprendre son métier. Moi Marc Sébastien Alexandre Utopia, je suis bien un garçon, alors que j’aurais dut être une fille. Jusqu’au dernier moment, les médecins se sont trompé il faut dire que j’ai dut être plutôt malin pour faire croire que j’étais une petit fille. Mais finalement c’est un petit garçon qui est né, souvent ma mère me dit que comme ils n’avaient pas réfléchis à des prénoms de garçon, mon père a fondu en larme. En fait, si mon sexe avait été le bon, j’aurais dut m’appeler Bastienne Caroline Amélie.



    CHAPITRE 1.

    Selon les personnes présentes, la voiture a fait une embardée avant de tomber dans le ravin, la BMW a fait quelques tonneau arrivé en bas. Moi je me souviens seulement que j’entendais quelque un qui hurlait, il ne s’arrêter pas, parce que c’était sur qu’il s’agissait d‘un homme. Oui, j’en était certain, parce que même dans les cas ou la peur déchire les entrailles d’une personne la voix masculine ne pourra jamais monter aussi haut et être aussi mélodieuse qu’une voix féminine. Et puis, je me suis rendu compte que c’est moi qui criais de la sorte, et que je ne parvenais à me calmer. Je me suis vus taper une crise d’hystérie en découvrant le corps de ma soeur sur la banquette arrière. Je leur ai dit de nombreuses fois de s’attacher, je leur ai dit de ne pas rouler aussi vite. Ils ne m’ont écouté, ils ne m’écoutent jamais jugeant préférable de plus m’adresser la parole depuis que je suis rentré à Poudlard. Ce soir là, la première fois que je les voyait depuis quelques mois, j’ai perdu toute ma famille, je suis le seule a en avoir réchapper. Moi et Dionysos le chien. Ma petite sœur Calixte, alors âgé de 7 ans est morte sur le coup. Je trouve ça tellement injuste elle était bien trop jeune pour mourir maintenant. Ma mère, Esmée, âgé de 35 ans, est décédée à l’hôpital des suite de ses blessures. Quand à mon père Nicolas, 54 ans, il est maintenant dans un coma dont il ne se réveillera pas. Je vais souvent le voir à l’hôpital,il ne peut aller à St Mangouste, c’est un moldus comme le reste de ma famille, je ne parviens pas à dire au médecins qu’il est temps de le débrancher, je ne peux pas, c’est vrai que nos convictions de vies étaient différentes, c’est vrai que nous nous sommes déçus mutuellement, mais jamais je ne pourrais signer l’acte de mort de mon père… OU en tout cas pas encore


    Cabinet du Docteur Willow , psy. Séance du 22 juillet
    |||Archibald||Je ne sais pas vraiment quoi vous dire, c’est ma grand-mère qui m’a envoyé ici, elle veut absolument que je vous parle de mon problème. Comme si il y avait un remède à la tristesse, je n’ai pas de problème majeur hormis celui d’avoir réchapper à un accident de voiture impressionnant, j’ai eu une chance inouï, je ne laisserait plus jamais passer ma chance, j’ai décider d’être heureux à présent, plus personne pour m’empêcher de faire ce que je veux.

    Archibald regarda le docteur dans les yeux, un demi sourire sur le visage, visiblement il ne le croyait pas, c’est la vie, c’est comme ça, tous trouvaient tellement bizarre qu‘il se refuse à pleurer, qu‘il se refuse à perdre les pédales face à la mort de sa famille parce qu‘a leur yeux c‘était normal, mais personne ne voulait s‘en occuper non plus. Préférant de loin le confier à un psychologue qui lui remettrait le plus vite possible les idées en place, histoire qu’il ne raconte plus à qui veut l’entendre qu’ainsi il pourrait faire ses études comme bon lui semblait, qu’il pourrait enfin vivre. Au fond, Archibald était triste mais il ne voulait pas le montrer et encore moins à une inconnue. Aujourd’hui c’était la première fois qu’il rencontrait le docteur Willow, et il avait tout pleins de chose à lui raconter, tellement qu’il ne savait pas par ou commencer, ses pensées s’emmêlaient dans touts les sens, sans qu’il puisse les contrôler…

    |||Docteur Willow|| Archibald, tu as eu des problèmes avec tes parents auparavant, je veux dire, tu t‘entendais bien avec eux?
    |||Archibald|| Je vous l’ai déjà dit! Ma famille et moi, c’est comme si on était des étrangers, on ne se ressemble pas, de puis que je suis toute petit, mon père m’a formé pour devenir avocat. Si vous saviez combien je me fiche des livres de droits et des grands tribunaux ils refusent que je vois en la photographie un métier. Ils ont beaucoup pleurer, nos idéaux sont très différent. Petit mon père m’emmenait souvent au tribunal pour rencontrer ses ami, pour que je prennes enfin conscience que c’était le plus beau métier du monde. Mais ça n’a jamais marché, et le jour ou je lui ai clairement dit ce que je pensais de ce métier ça a été la rupture… Ce jour là en fait j’ai été accepter dans une école pour personnes très spéciales, avant la nuit de l’accident je ne leur parlais plus, j’ai toujours refuser de renouer les liens…Vous rendez-vous compte qu’ils ont réussi à ce que ma sœur de seulement 7 ans me haïssent, on se demande franchement si c’était mes véritables parents.
    |||Docteur Willow|| Est-ce que tu ressens de la haine pour eux?


    Le brun réfléchit quelques secondes, passant sa main dans ses cheveux couleurs de souche d’arbre en même temps qu’il mettait une grimace mutine sur son visage d’enfant. Il leva ses yeux clairs au plafond histoire de montrer qu’il réfléchissait, il ne tenait surtout pas que l’on pense qu’il ne voulait pas parler. Archibald retira sa main de ses cheveux, emmêlé comme d’habitude, il fallait dire qu‘il avait un style très spécial, les gens se retournaient souvent sur lui dans rue, parce qu‘il était habillé bizarrement. Puis il reposa son regard sur la psychologue qui lui faisait face.

    ||Archibald||Ce n’est pas vraiment de la haine en fait, c’est surtout du mépris, comme tout ceux qui ne veulent pas respecter mes choix. En vérité je méprise toute ma famille, tous autant qu’ils sont. Ma mère vient d’un milieu très modeste, elle était sculpteuse elle m’a appris à sculpter, mon père lui est très riche… Mais lorsque j’ai dut partir de la maison à cause de mes choix, personne ne m’a accueilli, pas même mes grands parents….Personnellement jamais ne pourrais dire qu’ils sont de ma famille

    Il avait dormis dans la rue il avait appris à tenir seul, alors que personne ne pouvait lui apprendre, il avait appris à se nourrir en rodant près des cuisines de restaurants. Sa baguette caché sous son blouson, son blouson de luxe qui était vite devenus une serpillière. Il avait connus les bas fonds de Londres, il avait connus la misère. Drôle de situation pour un enfants adoptés qui avait été adopté par une famille de riche. Les premiers soirs avait été très dur, dans le froid des soirs d’été, les premiers soirs il avait eut peur, bien trop peur …Depuis il avait compris que l’être humain ne valait rien.
    Souvent il avait eut envie de sortir sa baguette et de rendre la vie meilleure, mais il avait toujours résisté. Il avait vus bien trop de cadavres, d’overdose aujourd’hui pour ne plus se dire qu’il avait une chance inouï. Il aurait put retourner chez lui, sans parler à ses parents, mais il n’y étais pas parvenus. Et puis il savait très bien que Poudlard l’attendait.


    |||Docteur Willow|| Tu ne les aime donc pas…Pourtant Archibald aujourd’hui tu es dans mon bureau…Tu refuses de débrancher ton père…
    ||Archibald|| Je suis dans votre bureau parce qu’une nouvelle fois, ils ne veulent pas s’occuper de moi, la seule chose que je désire à ce jour c’est que l’on me fiche la paix, je veux juste qu’il me laisse partir Vous ne pourrais jamais me soigner, je ne suis pas malade….Quand à mon père il est hors de question que ce soit moi qui signe les papiers, qui lui voue une mort…De toute façon, je n’ai pas encore l’age…Dans deux ans, mais je ne veux pas…C’est mon père, je ne peux pas le tuer….


.

Revenir en haut Aller en bas


Dernière édition par Marc S.Utopia le Mer 20 Mai 2009 - 14:13, édité 4 fois
Invité
Invité
.


messages


MessageSujet: Re: Marc Sebastien Alexandre Utopia|| Son monde n'est pas une utopie Mer 13 Mai 2009 - 17:58

    Chapitre 2
    Cabinet du Guérisseur Antonin , psy. Séance du 25 Aout


    La famille d'Archibald avait changé de tactique, devant le manque de réactivité du jeune garçon, ils avaient décidés de le retourner presque totalement à son monde. Ils avaient décidés qu’il était peut être temps de le faire soigner par une personne comme lui, par un autre ’monstre’, selon sa grand-mère.Archibald soupirait depuis trois quart d’heure sous l’œil du guérisseur et les claquements de langues de ses grands parents qui avaient tenus à venir. D’un certain cotés, le jeune homme notait l’expérimentation positive qu’ils faisaient. Ils avaient réussis à prendre sur eux pour l’accompagner.Ce qui ne voulait pas forcément dire qu’ils l’aimaient, loin de là, c’était juste pour avoir bonne conscience.

    |||Guérisseur Antonin|| Archibald, je veux bien t’accorder mon temps, mais…Si tu ne parles pas tes grands parents perdent de l’argent, toi tu perds du temps, quand à moi je pourrais aider d’autre patient.
    ||Archibald|| Je n’ai pas besoin d’aide. Ce sont eux qui ont besoin d’aide, vous savez que ma grand-mère a des besoins psychotique de me donner des vêtement normaux entre guillemet, et que mon grand père chante tout seul sous la douche. Je pense qu’il refoule une envie de chanteur, ce serait bien de lui dire que si il veut se lancer dans une carrière de rock star c’est le moment. Parce que malheureusement pour lui ,lorsque les moldus meurent ils ne peuvent devenir des fantômes,….
    ||Guérisseur Antonin|| Prenons alors le problème à sa source…Les personnes qui sont mortes dans cet accident n’étaient pas tes véritables parents n’Est-ce pas? C’étaient des moldus…
    ||Archibald|| Oui, j’ai grandis pendant 10 ans dans un orphelinat, mes premiers temps chez eux ont été dur, vous savez, je suis passé d’un monde de pauvres à un monde de riche. J’avais toujours tout ce que je voulais, quand je voulais…Tout sauf le plus important, à leur yeux, dès que je suis rentré à Poudlard, je suis devenus un monstre. On m’a interdis de parler à ma sœur, on m’a interdit de parler tout court, ils ne m’aimaient plus…Ce ne sont pas véritablement des parents….Et le pire, c’est que je ne connais pas la pureté de mon sang, je n’y accorde pas la moindre importance, mais j’aimerai quand même savoir de qui je tiens mes pouvoirs.
    |||Guérisseur Antonin||C’est si important pour toi de connaître tes origines…Tu sais, ce n’est pas la chose la plus importante en ce moment, tu n’as toujours pas débranché ton père…


    Il leva les yeux vers le plafond, ça faisait tellement longtemps qu’il n’était pas retourné dans le monde des sorciers qu’il était en train de devenir fou. Archibald était à la recherche de chaque parcelle de magie, de tout ce qui pouvait faire en sorte qu’il sache qu’il était de nouveau chez lui. Ca faisait 3 mois que la rentrée était passé, mais il n’avait put partir…Considéré comme fragile émotionnellement par ce docteur incapable moldus. Archibald leva les yeux vers la femme qui lui faisait face, s’arracha à la contemplation du plafond. Il ne tenait pas particulièrement à reparler de cette épisode de sa vie. Il avait seulement 16 ans et pourtant dans son cœur sa vie était déjà finit, engloutis dans la haine et la tristesse. Il avait seulement 16 ans et il était déjà plus mature que la plupart des adultes qui l’entouraient, ce qui n’était pourtant pas ce qu’il penser, c’était un fait. Et ce fait était reconnus par tout ceux qui l’entouraient, qui entouraient un petit garçon détruit, qui ne pouvait fermer l‘œil sans avoir des cauchemar qui ne pouvait plus monter dans une voiture. C’était pourtant tellement horrible de voir qu’un enfant de cet age là puisse etre animé d’une haine aussi intense et mauvaise que celle qu’avait Archibald

    Et maintenant, alors que Archibald prenait soin d’oublier ce qui c’était passé, Le Guérisseur Antonin lui demandait de se souvenir? Il y avait de quoi devenir dingue non? L’excuse de cette femme: elle était psy, alors ça lui donnait le droit d’entendre ce que le jeune homme ne voulait plus dire ou entendre désormais, pourtant comment pouvait-il oublier ce qui c’était passé. Une vague de colère insoupçonné monta soudainement dans le petit corps frêle de Archibald, il regarda la psy, non pas sa psy mais bien la psy, car il n’avait jamais demandé à voir cette femme, d’ailleurs il ne tenait plus vraiment à la voir désormais. Il ne comptait pas faire peur à cette femme, malgré le fait qu’il s’était soudainement levée, ses yeux lançant des éclairs menaçant, non ce n’était pas son genre et puis de toute façon il ne le pouvait pas. Par contre il était sure d’une chose, il fallait qu’il coupe court à la conversation…immédiatement!


    ||Archibald|| J’avais tout pour moi Madame, les amis, l’intelligence, ...J’essai tant bien que mal de refaire ma vie, d’oublier…Qu‘Est-ce que vous ressentiriez si vous appreniez que c‘est vous l’auteur de l‘accident, que sous le coup de la colère, la magie qui est en vous est sortis, à déréglé cette voiture et l‘a envoyé dans le ravin? Comment vous sentiriez-vous si vous saviez que vous êtes responsable de la mort de 3 personnes? Je suis un monstre, je voulais contrôler ma magie, je voulais que l‘on me dise que ce n‘était pas faute…Je ne demandais pas grand-chose, je voulais juste que l‘on m‘aime, qu‘ils comprennent qu‘être sorcier ce n‘est pas être voué à un monde de noirceur, vous trouvez ça normal? …Est-ce que vous pensez que j‘en demande trop?…Alors je vous serais gré de ne plus jamais vouloir remuer le couteau dans la plaie, qui est déjà assez bien ouverte comme ça

    Alors qu’il parlait il sentit qu’il perdait le contrôle de sa voix, qu’il n’allait pas tarder à craquer, mais il ne fallait pas qu’il le fasse pas devant elle, sinon il aurait droit à d’autre rendez-vous et ça il était impensable que ça se produise En plus de ça, à cause de rendez-vous aussi inutiles de ce genre, il ne pouvait retourner à Poudlard, retourner chez lui.. Tout ça pour que cette vieille harpie, cette racaille des bas à sable la regarde patiemment, en essayant de la faire parler sur ce qui s’était passé alors que Archibald faisait des remarques du genre « Vous avez déjà lus des livres de Baudelaire? C’est un écrivain magnifique n’Est-ce pas? » ou encore « Oh, vous savez que j’ai exactement la même agrafeuse que vous, c’est drôle hein? ». Bref, comme je l’ai déjà dit ces rendez-vous ne menaient décidément à rien. Et à chaque fois ils finissaient de cette manière.

    Archibald tourna les talons, pas un mot ne sortit, ou plutôt ne parvint à sortir de la bouche à celui qu'on aurait tant voulu faire parler, soi disant pour son bien. Avant jamais le petit Archibald n’aurait oser proféré des phrase comme celle là, il n’aurait même pas oser se comporter de la sorte face à un adulte, se montrant tout le temps enjoué, un vrai petit soleil irradient de bonheur et de joie ambulant, mais aujourd’hui…C’était comme si le mot joie, n’avait jamais fait parie du vocabulaire pourtant si riche du petit garçon. Il ne savait plus sourire; ses camarades n’étaient même pas sur qu’il avait des dents. .

Revenir en haut Aller en bas


Dernière édition par Marc S.Utopia le Mer 20 Mai 2009 - 14:08, édité 1 fois
Invité
Invité
.


messages


MessageSujet: Re: Marc Sebastien Alexandre Utopia|| Son monde n'est pas une utopie Mer 13 Mai 2009 - 21:28

    Chapitre 3

    DEBUT REVE

    L’alcool coulait à flot, enfin principalement dans la bouche de Archibald, professeur de soins au créatures magiques tout nouvellement nommé, c’était la première fois qu’il se présentait, et voilà qu’il avait déjà un poste. Dans la matière qu’il avait bien sur toujours préféré lors de ses études, alors que la plupart des Serpentard aimaient les potions, les gryffondor la métamorphose, les Serdaigles les enchantements, et les Poufsfoufle …Il ne savait pas vraiment ce que préféré les pouffement de toute façon son cerveau était bien trop embué pour réfléchir à ce moment là. Lui, dès sa troisième année, alors que touts les Gryffondors se fichaient littéralement du pauvre professeur, Archibald avait tout de suite apprécié. Excellent dans cette matière particulière. Le contact des animaux l’avait toujours apaisé, lui redonner confiance il avait besoin de ça. A l’inverse, la divination, ou encore la métamorphose l’avait fortement ennuyés. Brillant certes mais ennuyé ce que se professeurs ne cessaient de lui répéter. Ce que personne ne savait, c’est qu’au moment crucial de sa répartition le choix peau avait hésité entre Serdaigle et Gryffondor, mais son caractère de fonceur l’avait envoyés chez les rouges. Il ne comprenait pas les personnes qui étaient capable de rester assise durant des heures, le nez plongé dans leur bouquins, lui apprenait seulement en regardant, préférant de loin la pratique à la théorie.
    Ce soir là, se révélait une autre facette de sa personnalité, le jeune garçon fraîchement sorti des études était jeune, et qui dit jeune dit fête, alcool, sexe à gog. Finis le petit garçon discret, effacé et qui refuser de débranchés son père, il avait aujourd’hui 25 ans, et il avait dit au revoir à son père dès son entrée en septième. Que vous le croyez ou non, Archibald avait tenus à lui chanter une chanson avant son départ, une chanson pas très gentille aux oreilles des infirmière moldus. Une chanson qui lui avait permis de lui dire tout ce qu’il pensait. Que vous le croyez ou non, la mort de son père avait été une libération pour lui, comme lorsque les espagnols libéré de Franco et son régime autoritaire, avait ré ouvert leur pays au monde, avait décidée de vivre. On peut dire exactement la même chose du garçon qui se déhanchait sur la piste de danse un verre de Whisky pur feu à la main. Ce n’est pas seulement sa réussite qu’il dansait et fêtait ce soir, c’était également sa liberté.

    Archibald était une personne qui attirait forcément les regards, de part son allure, toujours en couleur, il n’était pas un grand féru de mode préférant de loin la créer et la porter. Regarder Archibald c’était observer tableau de couleurs vives et chaudes. Une œuvre à lui tout seul. Le ridicule ne tue pas il l’avait compris, sortir avec des chaussures de bowling? Pas de problème. Mettre une veste rose fluo pour aller à son entretient d’embauche agrémenter d’une cravate verte pétard? Pas de problème. Il était aussi déluré que sa façon de s’habiller. Les seules choses qu’il ne portait pas car il trouvait ça extrêmement de mauvais de goût, c’était les tenues de Quidditch il ne comprenait cet esprit. En fait pour être honnête les leçon de vol avaient toujours été un cauchemar pour lui, car atteint d’un vertige maladif sur un balai, il ne comprenait pas comment ça marcher. Par contre se servir d’un Sombral, d’un hippogriffe afin de se rendre d’un point à un autre n’était pas un problème. Parce que ces créatures étaient faites pour le ciel. Ayant grandis dans une famille de moldus, un balai était pour lui une manière de faire le ménage.

    Le regard du jeune garçon se posa sur le piano qui se trouvait dans la pièce, son instrument il en faisait déjà à l’orphelinat, apprenant par lui-même, il n’était pas forcément un virtuose mais il se débrouillait plutôt bien. Posant son verre sur le bar, il tituba jusqu’au piano, se retapant à chaque personne qui passait à porté de main, sur que ses nouvelles fonction allait l’empêcher de faire la fête comme ça dorénavant, il se devait de montrer l’exemple. Ou alors il se devait de se cacher pour qu’aucun de ses futurs élèves ne le trouve dans un état aussi pathétiquement pitoyable d’ivresse. Ses doigts se mirent à courir sur les touches, envoyant au milieu de son de techno assourdissant des notes douces et mélodieuse, de la vraie musique qui n’agressait pas les oreilles. Une musique qui comportait des notes précises, la musique d'Archibald. Cette musique qui l’avait fait tenir lorsqu’il était seul. Sans même s’en rendre compte, il se mit à chanter, alors que personne ne l’écouter, personne ne le pouvait en l’état actuel des choses.


    Doom da da di da di Doom da da di da di Doom da da di da di Doom da da di da di.....

    Everybody's gonna love today,
    Gonna love today, gonna love today
    Everybody's gonna love today,
    Gonna love today,
    Anyway you want to, anyway you've got to,
    Love love me, love love me, love love.

    Doom da da di da di Doom da da di da di Doom da da di da di Doom da da di da


    Archibald allait commencer les couplets de cette chanson qu’il appréciait particulièrement lorsqu’une drôle d’impression dans le creux de son ventre lui fit prendre ses jambes à son cou. Tout ceux qui le virent passer, dans ses couleurs criardes, poussant tout le monde, sourire en devinant qu’il allait restituer l’intégralité de la soirée dans les toilettes qui n’en demandait pas tant. Ensuite, Archibald iraittrès certainement se coucher dans un coin, pour décuver.

    __________________________________________

    *Les photocopies, non Archy ce ne sont pas des photocopies ce sont des duplication de feuilles grâce à un sort bien précis! Tu es un sorcier oui ou bouse?…Mes vêtements ne sont pas sales* Inspection rapide sa tenue, un t-shirt queue de pie blanc, un pantalon noir, et des chaussures que les moldus auraient qualifié de bowling* Non tout vas bien, je suis bien là avant les élèves, c’est bien Archy tu as réussis à arriver avant eux, tu apprends la ponctualités….J’oublie quelque chose mais quoi?*

    Archibald passa en revue l’enclos, les animaux qu’il devait faire étudier à ses élèves étaient là, bien attachés à l’arbre, pour ne pas qu’ils s’échappent….La forêt interdite assez loin d’eux pour qu’aucun élève ne soit tenté d’aller y faire un tour, ou encore pour qu’une bête ne sentent l’odeur de ces magnifiques licornes et ne vienne les attaquer. Les livres à donner aux élèves….Soudain Archibald se donna un grand coup sur le front, sans se faire mal mais assez fort pour bien lui remettre les idées en place d’après lui.


    ||Archibald|| Il me manque mes élèves!

    Il partit en courant vers le château, afin de rapatrier les élèves de troisième années, qui ne connaissaient pas encore le lieu du cour, il s’était rpéparé psychologiquement, il savait pertinemment que sa matière ne plairait pas, que tous allaient se moquer de lui à cause de son cour, de sa tenue et de sa façon d’agir, mais qu’importe, il assumait ce qu’il était. Et quand bien même le directeur serait venus le voir pour lui dire de changer qu’il n’en aurait rien fait. Il avait vécu reclus trop longtemps pour changer maintenant.

    FIN REVE

    Archibald se réveilla, un sourire béa sur le visage, il se tourna dans son lit, regardant la jeune fille qui était dans son lit. Encore une passade d'un soir qu'il ne rapellerais jamais malgré ses promesses, disons qu'il profitait de la vie. Il se glissa hors du lit, s'habilla rapidement et sortit dans la nuit fraiche....

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
.


messages


MessageSujet: Re: Marc Sebastien Alexandre Utopia|| Son monde n'est pas une utopie Dim 17 Mai 2009 - 21:20

Et voilà c'est finis, ce n'est pas ma présentations rpéféré m'enfin ca ira je pense

Revenir en haut Aller en bas
Travis A. Cohen
Admin | Serdaigle
Needing Help | Needing Him avatar
.
Masculin

1547 messages
Amour : Pour le moment les choses sont compliquées

Pensine
Orientation Sexuelle: Homosexuel
Année d'étude: 7ème année
Caractère: Doux, généreux, atentionné, assidu, soigné, rebel et provocateur. Il est devenu pervers depuis qu'il est possédé

MessageSujet: Re: Marc Sebastien Alexandre Utopia|| Son monde n'est pas une utopie Mar 19 Mai 2009 - 15:19

Le seule problème que j'ai vu c'était que tu parle au féminin... sa se voit que tu n'as pas l'habitude de jouer des gars Razz
Et va modifier ton profil, je te rappel que ce qui est gris c'est pour toi, et ce qui est blanc pour ton perso (Marc est un gars il me semble... xD)

Edit : C'est bon, tu es validée. Je ne fais pas tout le blabla tu le connais par coeur ^^


_________________
      « I was Travis
      «I was the killer
      «So now I'm Tristan
      «The other brother
      »
Revenir en haut Aller en bas
http://appelo-mortem.forumactif.org/-t14.htm http://appelo-mortem.forumactif.com/-t959.htm http://appelo-mortem.forumactif.com/-t154.htm http://appelo-mortem.forumactif.com/-t157.htm
Contenu sponsorisé

.


messages


MessageSujet: Re: Marc Sebastien Alexandre Utopia|| Son monde n'est pas une utopie

Revenir en haut Aller en bas
Marc Sebastien Alexandre Utopia|| Son monde n'est pas une utopie Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum: Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Appelo Mor†em (old) :: 

┤Commencement├

 :: 

Entretiens d'embauches

 :: 

Liste des Employés

-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit